Ce qu'est réellement une Startup...et ce que ce n'est pas

 

 

Temps de lecture estimé : 7mn

 

 

Le problème avec les mots à la mode - vous avez remarqué que je n'ai pas dit "buzzword" :o) - c'est qu'à force de vouloir les utiliser à toutes les sauces, ils finissent généralement par ne plus vouloir rien dire... 

 

La conséquence est désastreuse car cela génère du flou et de l'incompréhension, notamment entre les prétendus startupers/euses et les différents types de financiers notamment.

 

Un patron d'un fonds américain m'a dit un jour : "Tu sais Pierre, si la boite n'existe pas encore, si elle n'a pas moins de 3 ans et si elle ne présente pas une croissance à deux chiffres, c'est pas une Startup".

Je dois vous avouer que ce descriptif simpliste m'a laissé sans voix mais au final, je le trouve assez bon... Discutable, mais bon.

 

Pourquoi ?

 

1/ Parce qu'aujourd'hui on parle de Startups à tous les coins de rue et que le mot lui-même a perdu tout son sens

2/ Parce qu'il y a une notion temporelle intéressante dans ces propos

 

Je vais commencer par décrire ce qui, pour moi, n'est pas une startup :

  • une idée
  • un projet
  • une seule personne avec du matériel informatique... même dans un garage
  • une entreprise qui peine à décoller
  • une entreprise de plus de 3 ans (sauf cas exceptionnel, notamment des licornes)

 

Ceci étant dit, voilà ce que je crois être une Startup.

Ethymologiquement parlant, dans "Startup", il y a "Start" et "Up".

"Start" = démarrer, démarrage

"Up" = décollage, vers le haut

On peut donc raisonnablement affirmer, rien qu'en étudiant le mot même, qu'il s'agit d'une entreprise jeune, qui démarre et qui a pour ambition de décoller très vite et très fort. Pour ce faire, l'innovation l'y aidera bien sûr, mais voici un résumé de ce qu'est une startup :

 

 

Une Startup c'est :

 

1/ Une idée différenciante

Si elle ne propose pas quelque chose de neuf, les chances de succès sont minces.

 

2/ Une équipe qui en veut

Ce qui frappe d'abord dans une startup, c'est l'énergie déployée par chacun. Bien sûr on, peut commencer une startup tout seul mais très vite on aura besoin de compagnons d'aventure. Idéalement, l'équipe devrait être complémentaire (mix de technique et de marketing).

 

3/ Un produit (et/ou un service et/ou un process)

C'est notamment ce que préconise le Leanstartup, que de très vite, par une succession d'essais-erreurs, identifier le produit qui marche, c'est-à-dire que le marché accepte.

 

4/ Une stratégie

Je vois trop souvent des startupers-euses qui partent à l'assault d'un hypothétique marché avec un hypothétique produit, qui plus est comme une armée de pieds nickelés. On ne le dira jamais assez : ça ne fonctionne pas. Il faut une stratégie, déclinée ensuite en tactique avec des objectifs clairs et posés dans le temps, sinon il y a peu de chance de décoller.

 

5/ Un certain niveau d'incertitude

Plus l'idée est différente, plus l'incertitude est là. Ce niveau varie d'une startup à l'autre, mais il es généralement bien présent et il faut en tenir compte et s'y adapter.

 

6/ Un écosystème

Lorsqu'on est tout petit, on a de gros besoins et on n'a pas forcément les moyens d'acquérir toutes les ressources dont on aurait besoin. C'est là qu'intervient l'écosytème. Mais je vous parle moi d'un vrai écosystème avec un vrai ancrage en son sein, pas uniquement de solliciter le stagiaire du coin pour qu'il développe un bout d'appli !

La Startup a besoin de lutter contre son isolement naturel : elle doit se faire connaître et intégrer pourquoi pas des accélérateurs/pépinières/incubateurs. Elle doit se doter des moyens de veille, de financements et d'acquitision RH, donc se fondre vraiment dans son éosystème.

 

7/ Une preuve de concept

C'est le mot qui revient systématiquement à la bouche des fincanciers notamment. C'est avec une preuve de concept qu'on leur démontre - eux qui ne connaissent souvent ni le secteur ni la techno - que le marché est bien existant et qu'on va pouvoir gagner (rapidement et intensément) de l'argent.

 

8/Un modèle économique

Dans le même registre, il faudra rapidement trouver son modèle économique, en clair, comment je vais générer de l'argent... puis quand et combien :o)

LE plus beau produit du monde avec un mauvais modèle économique est généralement voué à l'échec.

 

10/ Une valorisation faible voire inexistante

...du moins dans les premiers temps. En effet, une Startup se caractérise par le fait qu'elle dépense au départ pour lancer l'activité, construire des preuves de concepts, plusieurs généralement, payer du matériel, des salaires peut-être... Bref, c'est le moment où notre seule valeur est immatérielle. Elle se compte en capital humain, en organsiation et en relations... mais certainement pas en $ ou en €.

Il faut en être conscient, aux yeux de la plupart des investisseurs, tant que vous ne présentez pas un début de traction, un frétillement du marché, vous ne valez pas grand chose...

 

11/ Un besoin en financement "raisonnable"

Conséquence de ce qui précède, sauf si on est dans le cas très exceptionnel de la licorne, nos ambitions en besoins financiers sont limitées par notre jeunesse et toutes les preuves que nous allons devoir apporter... C'est la raison pour laquelle, il existe des dispositifs de financement adaptés à la phase de développement dans laquelle vous vous trouvez.

La synthèse suivante n'est pas exhaustive - loin de là - elle n'a pour but que de vous sensibiliser sur le fait qu'il n'y a pas qu'une famille d'investisseurs, mais bel et bien plusieurs.

Rappelez-vous qu'en France, à l'heure où j'écris ces lignes, un entrepreneur peut accéder à 6218 dispositifs de financements...

 

 

12/ Une vallée de la mort dangereuse

La vallée de la mort, c'est cette traversée du désert - plus ou moins longue - durant laquelle la Startup cherche la meilleure solution pour ses clients. C'est une zone aride dans laquelle on dépense de l'argent mais on n'en gagne généralement pas ou très peu. Il faut donc à la fois faire vite et bien, ce qui n'est pas chose aisée. Le meilleur allié de la Startup pour y parvenir c'est son agilité : petite structure = structure réactive, ce que nous envient les grands groupes :o) L'objectif est que cette traversée soit la plus rapide possible, puisque sa sortie marque généralement le début des profits voire de la rentabilité.

 

Enfin, au-delà de tout ça, je dirais qu'une startup, c'est avant tout un état d'esprit.

Mélance d'ambition, d'euphorie passionnée et d'agilité, tous ce éléments éminemment immatériels qui font la réussite.

Lorsqu'on n'a pas (ou peu) d'argent, on prend des risques (mesurés), on fait preuve de motivation, d'engagement, de solidarité, car c'est sur ces aptitudes immatérielles que se bâtissent les succès !

 

 

Pierre Baillot d'Estivaux

 

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
©Innovation Build Up Mentions légales